Publicités

Loading...

Industrie automobile avec une balance commerciale positive

S’insérer dans l’industrie automobile mondiale ne requiert pas nécessairement l’assemblage national qui a peu de chance d’être rentable en plus d'être exposé à une transition mondiale dont on ne sait où elle aboutira tant en terme de produit que de modèle de mobilité. Pour équilibrer la balance commerciale réelle et ne pas perdre plus de devises que ce que l’on gagne, il suffit de fabriquer des pièces de rechanges à des prix mondialement compétitifs et de réussir à les vendre aux constructeurs.

AUTOA2

Prenons l’exemple du canada, il est le 8ème producteur mondial mais il proclame avec pertinence sur son site gouvernemental que ce résultat s’accompagne d’une « balance commerciale positive » et que son industrie est concurrentielle à l’échelle mondiale. Quant aux français, ils ne semblent pas faire grand cas de notre cas de figure dans leur vision du futur intégrant l'abandon du pétrole et les voitures électriques (Cf une étude de 2014) dont la diapositive ci-après :

Le gouvernement indique avec raison son intention de limiter le nombre de constructeurs, ce qui est une occasion d’engager tout notre appareil industriel et surtout nos universitaires à trouver des solutions d'intégrations technologiques performantes puis de négocier le maximum de ventes à l’étranger en plus de nos chaînes d’assemblage qui sont très éloignées des tailles et des volumes requis pour avoir des chances de réussir.

Recherche directe

Contactez-nous

Si vous voulez exprimez une demande ou un avis, cliquez sur le formulaire de contact
suivant :

 

News

Loading...
Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com